Dada Africa est une exposition pour les amateurs éclairés en art, mais elle a le mérite de mettre l’accent sur les influences extra-occidentales et notamment celle de l’art africain dans le mouvement artistique Dada.

Mais qu’est-ce que c’est le mouvement Dada ?

Le mouvement Dada aussi appelé dadaïsme, est un mouvement artistique, intellectuel et littéraire, né pendant la première guerre mondiale en réaction aux absurdités et à la violence de la guerre. Des artistes persuadés que la mécanisation des activités humaines due à société industrielle mène droit à la catastrophe, décident de faire table rase et de recréer un art dépassant toutes les limites.

C’est un art qui se veut libre, ludique, frivole et spontané. Provocation, ironie et absurde sont les outils de cette révolution. Les artistes exécutent des performances en public, laissant une grande part au hasard. Ils inventent des nouvelles techniques comme le collage, le photomontage. Ils sont à l’origine des performances et des installations de l’art contemporain. Le mouvement commence en Autriche et Allemagne, puis s’étend peu à peu dans toute l’Europe de 1916 à 1922.

L’influence de l’art africain

Plusieurs textes dédiés à l’art africain paraissent en Allemagne et en France. Guillaume Apollinaire publie un article en 1909 demandant l’entrée des arts africains et océaniens au Louvre. L’historien de l’art allemand Carl Einstein publie en 1915 Negerplastik. Cet ouvrage aborde les sculptures africaines comme des œuvres d’art à part entière et influence le mouvement Dada.

Dialogue avec la culture africaine

Les dadaïstes dépassent le formalisme artistique de leur époque. Ils ne voient pas dans un masque africain seulement une forme, mais la représentation d’un rapport à la vie : cultures, danses et rituels. En allant vers l’art africain, ils déconstruisent le langage de l’art occidental et en inventent un nouveau. Néanmoins, la plupart des artistes dadaïstes ne sont jamais allés en Afrique et la situation coloniale de l’époque enferme le mouvement Dada dans une relation artificielle et fantasmée avec l’art africain qu’on nommait alors l’art nègre.

 

Dada Africa, mais pas seulement !

L’exposition Dada Africa au musée de l’Orangerie a pour originalité de faire fusionner des productions d’artistes dadaïstes avec des œuvres africaines, océaniennes et amérindiennes. Des masques africains se mélangent aux marionnettes, costumes, bijoux, poèmes, tracts, photographies, collages, peintures et costumes.

 

C’est l’occasion de découvrir le travail d’artistes peu montrés en France : les masques de Marcel Janco, la poésie sonores de Tristan Tzara... Les femmes sont également présentes : œuvres textiles de Sophie Taeuber et photomontages de Hannah Höch.

Le Cabaret Voltaire

Situé dans l’arrière- salle d’une taverne populaire au centre-ville-ville de Zurich, le Cabaret Voltaire fut le lieu foisonnant de la création du mouvement Dada. Tout commence le 5 février 1916 et se termine 6 mois plus tard. Cette courte période donnera naissance au mouvement Dada.

« Mesdames et messieurs, le Cabaret Voltaire n’est pas une boîte à attractions comme il y en a tant. Nous ne sommes pas rassemblés ici pour voir des numéros de frou-frou et des exhibitions de jambes, ni pour entendre des rengaines. Le Cabaret Voltaire est un lieu de culture. » Hugo Ball

 

Le Cabaret Voltaire 1916

 

L’ambition de Dada Africa est de transcrire la vitalité dadaïste qui régnait dans les soirées du Cabaret Voltaire, à travers des films, des bandes son. L’exposition se termine sur « le post-Dada », et montre des œuvres d’artistes surréalistes tous passés par Dada comme la photo de Man Ray intitulée Noire et Blanche.

 

Man Ray 1926