L’exposition heureuse

Ah l’Afrique positive comme on aimerait la voir plus souvent ! Que de joie, de bonheur, de fraicheur et d’innocence dans cette belle exposition consacrée à Malick Sidibé à la Fondation Cartier à Paris. Un autre Mali nous saute aux yeux, plein de couleurs malgré des photos en noir et blanc.

La jeunesse joyeuse

On imagine une jeunesse insouciante et libre. Une joie communicative nous pénètre, celle d’une Afrique qui croyait dans un avenir radieux, celle d’un continent qui venait de gagner son indépendance, la tête pleine de rêves et d’espoirs. C’est la force et le talent du photographe qui arrive à saisir cette vitalité, celle de la jeunesse des années 60/70.

 

La douceur de vivre

L’exposition se compose en deux parties : la première nous montre des fêtes, des soirées et des moments de vie au bord du fleuve Niger. Une certaine douceur émane de ces photos qui témoignent d’une jeunesse qui a l’air éternelle.  L’autre partie nous dévoile des portraits où les personnages se mettent en scène sans se prendre au sérieux : des gentlemans, des boxeurs et d’autres encore qui se prêtent au jeu d’être un autre, le temps d’une photo. Malik Sidibé les observe avec bienveillance. Les photos traduisent une complicité chaleureuse.

La belle Afrique

La simplicité des tirages cache pourtant une maîtrise technique et le regard aiguisé du photographe qui a su, avec beaucoup d’humilité, s’effacer pour sublimer ses modèles et les inscrire dans l’instant pour témoigner d’une époque. Il a capturé une Afrique belle, tendre, joyeuse, pleine de désir et de légèreté. Cette Afrique existe encore bel et bien aujourd’hui. Il faut juste savoir où poser son regard pour l’apercevoir…

Crédits photos: Malick Sidibé